img_pg




img_affiche kaboom img_RSS

Lecteur non fonctionnel



Télécharger au format mp3


Une tragique erreur a été commise au cours de cette émission. Nicolas dit présenter la 66ème édition de Kaboom alors qu’il s’agit en fait de la 65ème. Ainsi, toute sa plaisanterie sur le jumelage de Kaboom avec le récent Festival de Cannes tombe à l’eau. Notre camarade, Erwan Desbois de Cine-partout-toutletemps et Accreds, avait également préparé depuis des semaines son astuce sur l’âge de Steven Spielberg. Bref, à cause de la négligence (éthylique en fait) de Nicolas, toutes nos pseudo improvisations tombent définitivement à l’eau dont celle où Nicolas ricoche à plusieurs reprises sur le film de Sorrentino : LA GRANDE BELLA… pardon… LA GRANDE BELLEZZA. Ça aurait pu être drôle…

Ainsi, à cause de son extrême négligence, c’est l’édifice entier de l’émission qui s’écroule, révélant au grand jour que nous avons en fait toujours préparé chacune de nos interventions. Kaboom, c’est du podcast réalité: comme dans L’Île de la Tentation, notre émission préférée, tout est scénarisé, sous contrôle, et sans aucune marge de spontanéité.

Aucune liberté donc : tout est judicieusement répété des semaines à l’avance en studio d’enregistrement pour faciliter votre confort d’écoute. Nous écrivons chacune de nos blagues sous la dictée d’affreux producteurs de TF1. Nous mimons nos désaccords et nos accords. Nicolas se doit – comme il l’a un jour décidé - jouer les amateurs de films d’horreur comme pour MAMA alors qu’en fait, il déteste tous ces films qui lui font affreusement peur.

Pour tout vous dire, puisque notre secret a été maintenant dévoilé, il faut vous révéler aussi que lorsque l’émission a été créée il y a trois ans, nous avions décidé d’un commun accord que Nicolas, avec sa voix de jeune ours en pleine mue, était le plus à même de paraitre crédible en fan de Mad Movies. Vincent, avec son sens de la formule lapidaire, son léger accent de confédéré, nous apparaissait ainsi comme le monsieur Loyal de service, capable d’atténuer les débats trop houleux. Alors qu’en fait, Vincent déteste toute forme d’équité, a en horreur la démocratie et le cinéma en général. Ce qu’il aime, c’est le maquereau au vin blanc et les documentaires sur les centrales nucléaires.

Quant à votre serviteur, avec son timbre neutre et mortifère de critique façon Ratatouille, on a pensé en faire un affreux plumitif mal aimable et aigri alors qu’il s’agit, dans la vie de tous les jours, d’un type fort nigaud et enthousiaste, capable de vous imiter tous les animaux de Walt Disney et de chanter l’intégrale de Garou.

Kaboom est donc bel et bien une vaste fumisterie, une escroquerie menée par le despote Erwan Desbois qui s’ingénie depuis toutes ces années à jouer les invités alors que c’est lui qui a toujours tout mis en scène pour apparaître de temps en temps dans le rôle adoré de l’outsider de service, chéri de ces dames, capable en une ou deux phrases répétées pendant un mois de faire taire toute la clique.

Une seule conclusion s’impose : pour que la magie de Kaboom persiste, pour que vous puissiez encore y croire un peu (malgré ces révélations), il faut que Vincent revienne. Qu’il remette un peu d’ordre dans tout ça et que ce podcast redevienne, en un tour d’illusion, la fausse table ronde critique de radio réalité que vous avez toujours aimée.

Enfin, bref, c’est Nicolas Winding Refn qui, dans son dernier film, apporte la conclusion à tout ce micmac en titrant : ONLY GOD FORGIVES. Espérons pour l’avenir de l’émission, que nos fidèles auditeurs pardonneront à Nicolas une si fatale bévue. Et qu’ils accepteront de faire mine d’y croire à nouveau.


Frédéric Mercier


PS : En fait, cet édito avait déjà été pensé et scénarisé pour cette 65ème émission depuis la toute première.


Programme :
(sélection du 22/05/2013 au 04/06/2013)

. GATSBY LE MAGNIFIQUE de Baz Luhrmann (Ecouter)
. LE PASSÉ de Asghar Farhadi (Ecouter)
. ONLY GOD FORGIVES de Nicolas Winding Refn (Ecouter)
. LA GRANDE BELLEZZA de Paolo Sorrentino (Ecouter)
. MAMÁ de Andres Muschietti (Ecouter)

Rétrospective :
-

Invité :
Erwan DESBOIS
"Ciné partout tout le temps"

Durée :
01H17


img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche  


Vos commentaires (0) - Rédiger 2 en attente



img_K
img_pd